L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa
Rapport annuel 2014-2015

En vedette

La recherche sauve un patient et révolutionne le traitement des AVC dans le monde entier

Claude Corneau a compris qu’il se passait quelque chose d’anormal quand il s’est mis à échapper ses outils au travail.

Le 23 janvier 2014, M. Corneau, 70 ans, était loin de se douter qu’un important caillot bloquait la circulation du sang dans son cerveau et qu’il subissait un accident vasculaire cérébral (AVC) potentiellement mortel.

« Je ne me souviens plus de grand-chose après l’arrivée de l’ambulance », raconte M. Corneau, mari, père et grand-père provenant de Calabogie (Ontario). « Je me rappelle m’être ouvert les yeux brièvement pour constater avec soulagement que j’étais en chemin vers l’hôpital. »

Chaque année, L’Hôpital d’Ottawa donne des soins de calibre mondial et empreints de compassion à environ 1 200 patients victimes d’un AVC. Or, ce jour-là, M. Corneau a reçu un traitement particulièrement spécial. Il est le premier patient à Ottawa à participer à un essai clinique qui pourrait lui sauver la vie et révolutionner le traitement des AVC dans le monde entier.

« Cette étude a vraiment ramené mon mari à la vie. Nous pouvons voir nos enfants et nos petits-enfants et je ne suis pas seule. »

-Shirley Corneau

« Auparavant, la norme consistait à faire dissoudre les gros caillots de sang avec des médicaments », explique le Dr Cheemun Lum, neuroradiologue à L’Hôpital d’Ottawa et à l’Université d’Ottawa. « Cette étude visait à tester un nouveau dispositif qu’on insère dans une artère de la jambe pour le faufiler jusque dans le cerveau afin de retirer le caillot. »

Le Dr Lum et le Dr Dariush Dowlatshahi ont codirigé le volet de cette étude internationale qui a été mené à l’Hôpital.

Les résultats ont récemment été publiés dans le New England Journal of Medicine. Ils montrent que les personnes qui se sont soumises à l’intervention expérimentale pour retirer le caillot en plus de recevoir le médicament habituel pour dissoudre le caillot couraient 50 % moins de risque de décès que ceux qui avaient seulement reçu le médicament. Ils avaient aussi près de deux fois plus de chances d’avoir un bon rétablissement.

« Cette recherche a été qualifiée de découverte révolutionnaire. C’est vraiment la plus grande percée dans le traitement des AVC dont j’ai été témoin dans ma carrière. »

-Dr Cheemun Lum

Comme de nombreux autres participants à l’étude, M. Corneau a pu retourner à la maison après quelques semaines sans séquelles graves. Il a même pu reprendre son travail de mécanicien quelques mois plus tard.

« Cette étude a vraiment ramené mon mari à la vie, s’exclame Shirley, son épouse. Nous pouvons voir nos enfants et nos petits-enfants et je ne suis pas seule. »

En fait, Claude et Shirley Corneau ont célébré leur 50e anniversaire de mariage à l’été 2014.

« Cette recherche a été qualifiée de découverte révolutionnaire, souligne le Dr Lum. C’est vraiment la plus grande percée dans le traitement des AVC dont j’ai été témoin dans ma carrière. Le traitement est très prometteur et est en train de devenir la norme dans le monde entier pour les patients victimes d’un important AVC et ceux ayant de gros caillots. »

L’essai clinique en est un seul parmi plus de 600, qui comptent un total de près de 9 000 participants, mené à L’Hôpital d’Ottawa en 2014. Bon nombre de ces essais visaient à étudier un traitement novateur, tandis que d’autres examinaient différents moyens de prévenir ou de diagnostiquer une maladie, ou d’offrir des soins plus efficaces.

« L’Hôpital d’Ottawa est un excellent endroit pour mener des recherches puisque beaucoup d’entre elles portent exactement sur ce que l’Hôpital préconise, c’est-à-dire d’excellents soins aux patients », explique le Dr Dowlatshahi, neurologue spécialisé en AVC à L’Hôpital d’Ottawa et à l’Université d’Ottawa, et directeur scientifique du Programme régional des AVC. « Notre objectif est de faire passer les patients et leur famille en priorité, mais aussi de tirer des leçons de nos pratiques afin d’améliorer les soins à l’Hôpital et dans le monde entier. Voilà ce qu’est La recherche au cœur de nos vies. »

Liens

Partager

« Cette étude a vraiment ramené mon mari à la vie. Nous pouvons voir nos enfants et nos petits-enfants et je ne suis pas seule. »

-Shirley Corneau

« Cette recherche a été qualifiée de découverte révolutionnaire. C’est vraiment la plus grande percée dans le traitement des AVC dont j’ai été témoin dans ma carrière. »

-Dr Cheemun Lum