La recherche améliore la santé aujourd’hui

Calculer le nombre d’années perdues à cause des mauvaises habitudes de vie

Le Dr Doug Manuel et son équipe ont publié deux outils qui nous aident à comprendre l’effet important qu’ont sur notre vie les petites décisions que nous prenons chaque jour. En 2012, le calculateur de l’espérance de vie accompagnait une étude laissant entendre que cinq habitudes de vie malsaines coûtent aux Ontariens 7,5 années de leur vie. Si chaque personne modifiait seulement le risque le plus important pour leur santé, l’espérance de vie globale augmenterait de 3,7 ans. (Voir le Toronto Star ou le Globe and Mail.) En 2013, le Dr Manuel a instauré le calculateur de consommation de sel pour nous aider à calculer la quantité de sel que nous consommons et à identifier les principales sources de sodium dans notre alimentation. (Voir le Globe and Mail et l’émission Marketplace de CBC.)

 

Histoire vedette:

Diagnostic rapide, angoisse calmée : Découvrez comment, grâce à un programme novateur, les femmes les plus à risque d’avoir un cancer du sein obtiennent leurs résultats plus rapidement

 

Regarder la vidéo

Une nouvelle application iPhone vous aide à suivre vos vaccins

Le moment est-il venu de dire adieu à la fiche d’immunisation, la traditionnelle carte jaune? Grâce à une application iPhone appelée ImmunizeON, ça ne saurait tarder. Conçue sous la direction du DKumanan Wilson, l’application vise à simplifier le suivi des vaccins des enfants en rendant cette information facilement accessible. Elle envoie également des rappels et des alertes en plus de fournir des renseignements fiables sur les vaccins et sur ce qu’il faut faire en cas de réaction indésirable. Le projet a suscité un intérêt considérable parmi les organismes de santé publique du Canada et le Dr Wilson travaille activement à en améliorer la portée et la fonctionnalité. (Voir le Toronto Star.) L’application est offerte gratuitement sur iTunes.

App icon for ImmunizeON

«La carte jaune demeure la fiche d’immunisation officielle, mais nous espérons que l’application facilitera pour les parents la documentation et le suivi des vaccins de leurs enfants.»

–Dr Kumanan Wilson

Avantages inattendus du vaccin contre la grippe pendant la grossesse

Des médecins et des chercheurs d’Ottawa ont publié une imposante étude qui démontre que le vaccin contre la grippe administré pendant la grossesse a des avantages inattendus pour le bébé. Plus précisément, l’étude démontre que le vaccin contre le virus H1N1 qui avait été administré pendant la pandémie est lié à une réduction importante du risque de mortinaissance, de naissance prématurée et de faible poids à la naissance. « Les femmes enceintes sont généralement très conscientes de ce qu’elles ingèrent. Pour les fournisseurs de soins comme moi, cette étude à grande échelle ne démontrant aucun résultat périnatal défavorable du vaccin H1N1 sera d’une extrême utilité pour discuter d’immunisation maternelle », affirme le coauteur de l’étude, le Dr Mark Walker, scientifique principal à l’IRHO, obstétricien spécialisé dans les grossesses à risque élevé à L’Hôpital d’Ottawa et professeur et titulaire de la Chaire (niveau 1) de recherche périnatale à l’Université d’Ottawa. (Voir le New York Times et l’Ottawa Citizen.)

SPIRIT de 2013 : Dr David Moher

L’énoncé SPIRIT : Pour faire la recherche comme il se doit

L’IRHO continue de jouer un rôle de premier plan à l’échelle internationale pour veiller à ce que les études et les essais posent les bonnes questions et emploient des méthodes rigoureuses, et que leurs résultats soient publiés avec intégrité, dans le but d’améliorer le produit des investissements considérables faits dans les essais cliniques. Des revues de prestige telles que The Lancet, BMJ et Annals of Internal Medicine ont donné leur appui à l’énoncé SPIRIT de 2013. SPIRIT (Standard Protocol Items: Recommendations for Interventional Trials) recommande un ensemble minimal d’éléments scientifiques, éthiques et administratifs à aborder dans un protocole d’essai clinique. L’amélioration de ces protocoles économise temps et argent au moment d’établir les essais cliniques et fait en sorte que les résultats sont clairement présentés de façon à en améliorer l’interprétation.

Une réponse surprenante au sujet des transfusions sanguines

Contrairement à la croyance populaire, un essai clinique dirigé par le Dr Dean Fergusson a révélé que le sang frais n’est pas préférable au sang plus âgé. Cette étude a démontré que les nouveau-nés prématurés gravement malades et ayant reçu des transfusions de sang frais (entreposé pendant sept jours ou moins) ne se portent pas mieux que ceux ayant bénéficié de soins suivant la norme actuelle (sang entreposé jusqu’à 42 jours). L’essai du Dr Fergusson est la première étude contrôlée à être menée sur des humains. De plus en plus d’études d’observation comprenant des données cliniques laissaient supposer que les globules rouges frais sont meilleurs, ce qui aurait exigé que les organismes de collecte et d’entreposage de sang apportent des changements majeurs et trouvent beaucoup plus de donneurs. (Voir Journal of the American Medical Association et MedPage Today.)

Les appels de suivi à domicile aident les gens à gérer leur médication

Selon certaines estimations, 25 % des patients qui ne sont pas à l’hôpital ou dans des établissements de soins ont une réaction indésirable aux médicaments. De plus, 25 % des personnes qui se font prescrire de nouveaux médicaments ne les prennent pas comme ils devraient. Une étude du Dr Alan Forster, directeur scientifique, Mesure de la performance, à L’Hôpital d’Ottawa et scientifique principal à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa, publiée dans la revue JAMA Internal Medicine, montre les avantages possibles d’utiliser un système téléphonique automatisé pour communiquer avec les patients au sujet de leurs ordonnances. Ce système a relevé 46 % des événements indésirables liés aux médicaments et a eu des effets sur la gestion de 40 % d’entre eux. Le Dr Forster a reçu récemment une subvention des Instituts de recherche en santé du Canada pour examiner plus à fond l’efficacité d’un tel système en vue d’aider les personnes à gérer leur médication.

25 % des personnes qui se font prescrire de nouveaux médicaments ne suivent pas leur ordonnance. Un système téléphonique automatisé a contribué à résoudre le problème des réactions indésirables.

La recherche : source d’espoir pour demain

Combattre le gras par le gras : les cellules souches musculaires sont la clé

L’équipe du Dr Michael Rudnicki a fait une découverte porteuse d’espoir : il est possible de transformer les cellules souches des tissus musculaires chez les adultes en cellules adipeuses brunes, une forme de « bonne graisse » qui pourrait jouer un rôle crucial dans la lutte contre l’obésité. Son équipe a en effet établi un moyen de déclencher la production de cellules adipeuses brunes au lieu de muscles. Après une simple injection dans la patte arrière d’une souris, on a constaté qu’elle produisait plus de cellules adipeuses brunes, qu’elle était protégée contre l’obésité et mieux en mesure de métaboliser le glucose. L’injection a également entraîné une production accrue d’énergie dans tout le corps — effet qui a été observé après quatre mois. (Voir l’Ottawa Citizen.)

 

Regarder la vidéo

 

Réparer un système immunitaire déréglé :

Réparer un système immunitaire déréglé : Des chercheurs mettent à l’essai le tout premier traitement du choc septique par cellules souches

Stimuler le système immunitaire pour combattre le cancer

Les Drs Rebecca Auer et John Bell ont mis au point un vaccin prometteur qui provoque une réaction du système immunitaire pour combattre le cancer. Le vaccin est composé de cellules tumorales infectées par un virus qui combat le cancer. Chez des souris, le vaccin a stimulé le système immunitaire pour atténuer et, dans certains cas, éliminer le cancer. Cette approche est particulièrement prometteuse parce que des vaccins uniques pourraient facilement être créés pour des patients à partir de leurs propres cellules tumorales. Elle fournit également une réaction anti-tumeur durable du système immunitaire, ce qui pourrait réduire la réapparition du cancer. (Voir CBC.ca.)

La découverte d’une fontaine de Jouvence pour les ovules

Le Dr Johné Liu a mis au jour une raison critique pour laquelle les femmes connaissent des problèmes de fertilité lorsqu'elles vieillissent. Cette percée met également en lumière une solution toute simple qui pourrait accroître la viabilité des ovules chez les femmes à partir de la fin de la trentaine : une solution d’eau et de putrescine. La putrescine est produite naturellement chez les mammifères par l’enzyme ornithine décarboxylase, ou ODC. Elle est facilement absorbée et éliminée par l’organisme. Le Dr Liu a découvert que les taux d’ODC augmentent très peu chez les femmes plus âgées, et que le faible taux d’ODC pendant l’ovulation accroît le nombre d’ovules présentant des anomalies chromosomiques.

Une nouvelle protéine pourrait servir à traiter la dystrophie musculaire

Une percée du laboratoire du Dr Michael Rudnicki s’avère prometteuse pour les personnes souffrant de la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD). L’équipe du Dr Rudnicki a découvert que l’injection d’une nouvelle protéine humaine dans un muscle affecté par la DMD fait augmenter considérablement sa taille et sa force. Cette percée pourrait ouvrir la voie à un traitement semblable à l’insulinothérapie pour les diabétiques. L’injection a presque doublé la force musculaire et l’a restaurée pratiquement à un niveau normal. Elle a également fait augmenter la taille des fibres musculaires et réduit les lésions musculaires, comparativement aux souris qui n’avaient pas reçu d’injection. L’entreprise Fate Therapeutics, qui a acquis la société dérivée de l’IRHO Verio Therapeutics, s’emploie à commercialiser cette découverte.

Une découverte pourrait aboutir à un traitement pour soulager la dystrophie musculaire de Duchenne, un trouble génétique qui touche
un nouveau-né de sexe masculin sur
3 500

Une prise de sang pendant le premier trimestre permet de déterminer les risques d’avoir un bébé dangereusement petit

La Dre Andrée Gruslin a découvert une protéine dans le sang des femmes enceintes qui permet de prédire si leur fœtus risque de ne pas croître comme il faut et, par conséquent, si elles risquent d’accoucher d’un bébé mort-né ou de donner naissance à un bébé tellement petit qu’il aura des problèmes de santé à long terme. « En cernant plus tôt ces grossesses à risque, nous parviendrons à surveiller étroitement les femmes concernées et, avec un peu de chance, à leur permettre de donner naissance à un bébé en meilleure santé », déclare la Dre Gruslin. Cette recherche pourrait mener à la création d’une analyse sanguine largement accessible qui serait faite pendant le premier trimestre de la grossesse.

Des souris dépourvues d’un certain gène ont un cerveau plus gros

Le Dr David Picketts et son équipe ont découvert que des souris dépourvues du gène Snf2l ont un cerveau 35 % plus gros que la normale. L’étude, publiée dans la prestigieuse revue Developmental Cell, pourrait mener à l’adoption de nouvelles approches pour stimuler la régénération cérébrale et à d’importantes avancées dans la compréhension des troubles du développement comme l’autisme et le syndrome de Rett. L’étude a valu au Dr Picketts le Prix Dr Michel Chrétien du chercheur de l’année 2012 qui lui a été remis lors du Gala de L'Hôpital d'Ottawa.

Étapes importantes et reconnaissances

1 000 000 000 $ pour la recherche sur la santé

Cette année, l’IRHO a reçu son milliardième dollar de revenu depuis sa création le 1er avril 2001! « Pendant la dernière décennie, l’IRHO a été le moteur de la recherche, de l’innovation et de la commercialisation », souligne Bruce Lazenby, président-directeur général d’Investir Ottawa. Voyez ce que cette étape importante signifie pour Ottawa.

Un neurologue de l’IRHO intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne

Le Dr Antoine Hakim a été intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne pour ses travaux de pionnier dans l’établissement du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires. Le Temple de la renommée estime qu’il a « repoussé les frontières de la découverte et de l’innovation au-delà du possible afin de rendre le monde meilleur ». Le Dr Hakim est notamment PDG et directeur scientifique du Réseau, neurologue principal à L’Hôpital d’Ottawa, chef du Programme de neurosciences à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa et professeur de neurologie à l’Université d’Ottawa. Son plus grand plaisir est d’entendre des spécialistes de l’AVC des quatre coins du monde affirmer que notre pays est un leader dans le domaine. Il avait prévu que le Réseau aurait pour avantage de réduire le coût des soins aux patients victimes d’un AVC. Avec le concours de nombreux partenaires, il a réussi à concrétiser cet objectif, permettant de réaliser des économies de milliards de dollars dans le réseau de santé.

Pourquoi Ottawa?

Regardez cette vidéo pour voir pourquoi le Dr Thébaud et d’autres grands cliniciens et scientifiques ont choisi de s’établir à Ottawa en vue d’y faire une différence.

Regarder la vidéo

Un scientifique de renom dans le domaine des cellules souches est recruté à Ottawa

La communauté de la recherche et des soins de santé d’Ottawa a recruté le Dr Bernard Thébaud, scientifique et pédiatre renommé, cette année. Le Dr Thébaud, qui a commencé à travailler ici en octobre, fait des recherches pour déterminer comment utiliser les cellules souches pour réparer les poumons de bébés prématurés. Outre la recherche scientifique de pointe, le fait que l’IRHO s’emploie à transformer les connaissances en traitements pour les patients a fait d’Ottawa la seule ville où le Dr Thébaud voulait se trouver. « Pour que mon travail serve aux patients, je dois être entouré d’une masse critique d’excellents biologistes spécialisés dans les cellules souches », affirme le Dr Thébaud. Ses recherches pourraient aussi mener à de nouveaux traitements de l’asthme et de la maladie pulmonaire obstructive chronique.

Un nouveau centre des maladies du sang abrite une équipe de calibre mondial

Le Centre des maladies du sang d’Ottawa a officiellement ouvert ses portes en mai 2012. Il s’agit d’une étape importante pour les quelque 30 000 patients de la région d’Ottawa qui sont suivis par des hématologues. Logé dans le Centre de recherche et d’innovation pratique, le Centre des maladies du sang d’Ottawa regroupe « sous un seul toit plus de 100 des professionnels de la santé et chercheurs les plus brillants », affirme le Dr Marc Rodger, chef de la Division d’hématologie à L’Hôpital d’Ottawa et scientifique principal à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa (IRHO). Avant, l’équipe responsable des maladies du sang était répartie entre neuf emplacements, dans six immeubles et deux campus.

À l’annonce du financement, Aimee Zeglinski-Spinney a raconté l’histoire de son combat contre le même type de cancer que celui qui a emporté Terry Fox.

7,5 millions de dollars au profit de la recherche sur la virothérapie contre le cancer

En octobre, la Fondation Terry Fox attribuait 7,5 millions de dollars à une équipe multidisciplinaire basée à Ottawa et dirigée par le Dr John Bell. Ce financement permet au Canadian Oncolytic Virus Consortium de poursuivre son travail novateur. « Notre projet vise à utiliser l’approche révolutionnaire qui consiste à utiliser les virus oncolytiques comme agents biothérapeutiques pour créer des agents anti-cancer efficaces et ciblés qui ont peu d’effets secondaires ou, mieux, qui n’en ont pas du tout », déclare le Dr Bell. (Voir l’Ottawa Citizen.)

Hommages à nos scientifiques

Au cours de l’année, un certain nombre de nos scientifiques ont reçu d’importants prix et honneurs pour leurs travaux. En voici une courte liste (en ordre alphabétique) :

  • Le Dr John Bell a reçu le prestigieux prix Robert L. Noble de la Société canadienne du cancer, qui souligne les réalisations exceptionnelles de chercheurs spécialistes du cancer. Il a également été le tout premier récipiendaire de l’Ordre d’Ottawa, un prix que le conseil municipal a instauré pour souligner l’apport exceptionnel de citoyens à la vie à Ottawa.
  • Le Dr Ian Graham a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine.
  • Le Dr David A. Grimes a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine.
  • Le Dr Lynn Megeney a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine.
  • Le Dr Michael Schlossmacher a obtenu le prestigieux prix des annales de neurologie (Annals of Neurology Prize), qui récompense un apport exceptionnel à la neuroscience clinique. Également digne de mention, le Dr Schlossmacher est devenu le premier titulaire de la chaire de recherche Bhargava sur la neurodégénérescence, rendue possible grâce à un généreux don d’un million de dollars de Sam et Uttra Bhargava.
  • Dawn Stacey a reçu le prix d’excellence en recherche infirmière 2012 de l’Association canadienne des infirmières en oncologie pour ses travaux portant sur la gestion des symptômes du cancer.
  • Le Dr Ian Stiell a reçu le prix du président 2012 de l’Association canadienne des médecins d’urgence ainsi que le prix de la contribution exceptionnelle à la recherche 2012 de l’American College of Emergency Physicians.
  • Pour la deuxième année de suite, la Dre Eve Tsai figure parmi les 25 femmes les plus influentes du Canada, en raison de son travail novateur et de sa détermination à regrouper les chercheurs et les cliniciens.
  • Le Dr Kumanan Wilson a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la reine.