1 000 000 000 $ pour la recherche sur la santé

En mars 2013, l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa (IRHO) a touché son milliardième dollar depuis que l’IRHO est officiellement devenu l’établissement de recherche de L’Hôpital d’Ottawa (affilié à l’Université d’Ottawa), soit depuis le 1er avril 2001.

On entend souvent parler de milliards de dollars dans les nouvelles, mais à quoi ça ressemble un milliard de dollars?

Eh bien, si vous empiliez un milliard de pièces de 1 dollar, la milliardième pièce se trouverait à 1 950 km au-dessus de la terre, soit cinq fois plus loin que la Station spatiale internationale. Du point de vue de la recherche, chaque cellule contient environ un milliard de molécules protéiniques, ce qui donne une idée des enchevêtrements incroyables que nos chercheurs doivent démêler chaque jour.

Voici à quoi ressemble un milliard de dollars à l’IRHO.

En 2001, l’IRHO comptait 732 chercheurs et employés. Le revenu annuel des instituts de recherche fusionnés s’établissaient à 44,4 millions de dollars. Douze ans plus tard, 1 735 chercheurs et employés travaillent à l’IRHO et notre revenu global s’élève à 106 millions de dollars (2012–2013).

Nous avons grandi!

Revenu annuel

« Au cours de la dernière décennie, l’IRHO a été le moteur de la recherche, de l’innovation et de la commercialisation », souligne Bruce Lazenby, président-directeur général d’Investir Ottawa. « Avec plus d’un milliard de dollars en fonds de recherche et plus de 1 700 scientifiques, cliniciens et employés, l’Institut a eu une incidence énorme sur l’économie d’Ottawa, et c’est sans compter son apport à la santé et au bien-être de tous les Canadiens. »

Sur le milliard de dollars que nous avons reçus, près de 800 millions provenaient de fonds provinciaux, nationaux et internationaux que nous avons réinjectés dans l’économie locale. C’est de l’argent qui ne se serait pas retrouvé à Ottawa.

«L’IRHO est un chef de file mondial dans plusieurs domaines et l’un des piliers de la recherche dans notre collectivité.»

–Bruce Lazenby, président-directeur général d’Investir Ottawa

L’IRHO attire également des travailleurs du savoir hautement spécialisés à Ottawa. On retrouve dans nos programmes de recherche des chefs de file et des scientifiques de premier ordre. L’Institut a de nombreux points forts, en particulier dans les domaines de la médecine régénératrice, des maladies chroniques, des traitements contre le cancer et de l’innovation pratique, tous reconnus dans l’examen mené cette année par un comité international de scientifiques renommés. Ces points forts, conjugués à notre culture d’application des découvertes en traitements, signifient que nous attirons également des cliniciens renommés. Ces cliniciens comprennent que la recherche est le meilleur moyen d’améliorer les soins et savent que la collaboration qui se pratique à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa favorise l’excellence en recherche scientifique et dans les soins fournis à l’Hôpital.

Pourquoi Ottawa?

Regardez cette vidéo et voyez pourquoi des scientifiques et des cliniciens renommés ont choisi de s’établir à Ottawa pour y faire une différence.

Regarder la vidéo

Nos scientifiques, qui enseignent tous à l’Université d’Ottawa, forment aussi la prochaine génération de chercheurs. Depuis 2001, nous avons aidé plus de 1 000 stagiaires (étudiants du niveau postsecondaire et stagiaires postdoctoraux) à obtenir leurs titres de compétence. À l’heure actuelle, 475 stagiaires travaillent avec nous. Ce sont les futurs innovateurs d’Ottawa.

En ce qui concerne l’innovation commerciale, l’IRHO a entraîné la création de plusieurs entreprises dérivées, dont Coley Pharmaceutical, que la société Pfizer a acquise et qui continue d’exploiter un établissement de recherche-développement sur les vaccins à Kanata. De plus, au 31 mars 2013, l’IRHO gérait 43 familles de brevets (groupes de brevets déposés dans des pays séparés pour une invention).

Nos recherches et notre réputation revêtent une autre importance pour le milieu des affaires de la région. « L’IRHO est un chef de file mondial dans plusieurs domaines et l’un des piliers de la recherche dans notre collectivité, ce qui contribue grandement à attirer à Ottawa des entreprises internationales », déclare Bruce Lazenby d’Investir Ottawa.

Cependant, ces faits et ces chiffres ne présentent qu’un aspect de l’incidence ou du rendement des investissements dans la recherche sur la santé.

Pour beaucoup de gens, la recherche en santé a pour objectif de trouver des cures. C’est d’ailleurs un incitatif important pour un grand nombre de bailleurs de fonds et de chercheurs. À l’IRHO, nous avons contribué grandement à atteindre cet objectif, en concevant par exemple des traitements prometteurs utilisant des virus pour contrer le cancer, de la biothérapie pour soulager la dystrophie musculaire de Duchenne, ainsi qu’un traitement qui fait appel à des cellules souches génétiquement modifiées pour réparer le cœur après une crise cardiaque. Ces trois exemples, qui illustrent trois traitements élaborés à partir de recherches fondamentales menées par nos scientifiques, sont maintenant rendus au stade des essais cliniques ou en sont tout près. Chacun représente une percée possible dans la façon dont nous traitons ces maladies. Et nous en avons d’autres.

Regarder la vidéo

Réparer un système immunitaire déréglé :

Des chercheurs mettent à l’essai le tout premier traitement du choc septique par cellules souches

Pendant que nous travaillons à trouver des cures, beaucoup de percées importantes issues de la recherche s’accumulent. Ces gains modestes ne défraient pas les manchettes, mais ils contribuent aux progrès et aux améliorations incroyables dont nous profitons aujourd’hui dans le secteur de la santé, allant des diagnostics plus précis posés plus rapidement à l’utilisation plus efficace des médicaments. Cette amélioration de la qualité et de l’efficacité des soins est un moyen tangible d’évaluer l’incidence des investissements en recherche.

À cette fin, nos chercheurs font un apport substantiel, qu’il s’agisse de fournir des données probantes appuyant la réduction des doses de chimiothérapie, de mener un essai clinique comparant trois médicaments courants pour découvrir que le plus coûteux est le plus dangereux, ou encore d’examiner en détail les données existantes que les cliniciens et les décideurs peuvent utiliser en toute confiance.

Diagnostic rapide, angoisse calmée :

Grâce à un programme novateur, les femmes les plus à risque d’avoir un cancer du sein obtiennent leurs résultats plus rapidement

Regarder la vidéo

Notre institut est également un chef de file mondial pour ce qui est des meilleures méthodes scientifiques. C’est grâce à cette expertise que nous concevons des essais et des études de manière à répondre avec autorité aux bonnes questions, assurant du coup l’efficacité des importants investissements qui sont faits.

Nous pouvons certainement quantifier certaines de nos réalisations, comme les 10 millions de dollars que le Canada économise chaque année grâce aux règles que nous avons élaborées. Ces règles ont réduit de façon spectaculaire la nécessité d’obtenir une radiographie pour évaluer une blessure à la cheville ou au genou.

Mais quelle valeur peut-on accorder aux vies sauvées, à la qualité de vie améliorée, aux innovations et aux innovateurs de demain, et à l’importance de bien faire la science?

Tout cela n’a pas de prix!

Une histoire de chiffres

Premières

1er essai
clinique
au monde d’un traitement par cellules souches génétiquement modifiées visant à réparer un muscle cardiaque après un accident cardiaque majeur (lancé en juin 2013)
1er laboratoire au monde à montrer la transformation de cellules souches musculaires chez un adulte en cellules adipeuses brunes, une bonne forme de tissu adipeux qui brûle de l’énergie (2013). Pour en savoir plus sur le laboratoire du Dr Michael Rudnicki
1re application pour iPhone conçue à l’IRHO : ImmunizeON aide les gens à suivre leur vaccination (disponible gratuitement sur iTunes 2012)
1er essai
clinique
essai clinique au monde d’un traitement du choc septique par cellules souches; 20 % des patients hospitalisés aux soins intensifs s’y retrouvent à cause d’un choc septique, lequel tue environ 40 % de ces patients (début de l’essai clinique en 2013)

Réparer un système immunitaire déréglé  :

Des chercheurs mettent à l’essai le tout premier traitement du choc septique par cellules souches

Regarder la vidéo
1er laboratoire au monde laboratoire au monde à démontrer qu’un virus administré par intraveineuse peut infecter des cellules cancéreuses spécifiquement et s’y propager (2011). Pour en savoir plus sur le laboratoire du Dr John Bell
1er laboratoire au monde laboratoire au monde à confirmer l’existence de cellules souches adultes dans les muscles squelettiques (2007). Pour en savoir plus sur le laboratoire du Dr Michael Rudnicki
1er laboratoire au monde laboratoire au monde à signaler l’existence de cellules souches dans le muscle cardiaque (2002). Pour en savoir plus sur le laboratoire du Dr Lynn Megeney

Quelques faits

G$ Revenu total généré
par l’IRHO depuis le 1er avril 2001
184 Nombre d’organismes
et d’entreprises ayant financé des recherches à l’IRHO en 2012 2013
3e L’IRHO se classe au 3e rang
des centres de recherche en milieu hospitalier au Canada qui reçoivent du financement fondé sur l’évaluation par les pairs des Instituts de recherche en santé du Canada.
6e L’IRHO se classe au 6e rang de tous
les centres hospitaliers canadiens pour ce qui est du revenu de recherche total (2012, RE$EARCH Infosource).
798 Nombre de documents scientifiques
publiés par des chercheurs de l’IRHO en 2012
% Incidence mondiale de nos publications scientifiques;
nous nous classons dans les premiers 3 % (2012, SCImago)
21 Nombre de scientifiques
de l’IRHO dont les travaux se classent dans les premiers 10 % de leur domaine (premier ou dernier auteur)

La clé de notre succès

7 097 Nombre d’accessoires et d’appareils
électriques utilisés dans les laboratoires de recherche
54 Nombre de laboratoires de recherche
1 Centre de méthodologie d'Ottawa,
créé pour promouvoir et faciliter l’excellence méthodologique. Le Centre accueille des experts reconnus à l’échelle internationale en conception d’essais cliniques, en gestion des données et en statistiques.
3 Nombre de laboratoires conformes
aux bonnes pratiques de fabrication (GMP) en 2013, construits pour produire des agents biothérapeutiques à utiliser dans les essais cliniques sur des humains.
150 Nombre moyen d’embouts de pipette
qu’utilise un chercheur dans une semaine
203 Nombre d’incubateurs de CO2
1 000 Nombre moyen d’échantillons placés dans notre Biobanque
chaque semaine (provenant en majorité de l’Étude sur la santé Ontario)

États financiers

Répartition des revenus en 2012-2013


Répartition des dépenses en 2012-2013


10 principales sources de subventions évaluées par des pairs en 2012-2013

Instituts de recherche en santé du Canada 21,1 M$
Fonds pour la recherche en Ontario – Excellence en recherche 3,3 M$
Institut ontarien de recherche sur le cancer 1,6 M$
Fondation des maladies du cœur de l’Ontario 1,3 M$
Association médicale universitaire de L’Hôpital d’Ottawa 1,2 M$
Fondation Terry Fox 1,1 M$
Secrétariat du Programme des chaires de recherche du Canada 1,0 M$
Fonds pour la recherche en Ontario – Leadership mondial 0,9 M$
Fondation canadienne du cancer du sein 0,8 M$
Institut de recherche de la Société canadienne du cancer 0,7 M$

Dollars canadiens (millions)